Areva avait acheté ses juges !!!

Publié le par Bambou254







Un scandale annoncé de plus qui se dévoile enfin. Le SHERPA créé en 2001
, réseau international de juristes qui chasse les impunités nées de la mondialisation et collectionne les procès à l'encontre des multinationales , se fait acheter par un  de ces lobbies pollueurs pour la modique somme de 80.000 €...



De : Réseau "Sortir du nucléaire" (actu@sortirdunucleaire.fr)
Envoyé : mardi 5 janvier 2010 11:59:03
À : 0-Rezo-actu (rezo-actu@sortirdunucleaire.org)



Note du Réseau "Sortir du nucléaire" : par communiqué du 26 mai dernier (cf http://bit.ly/7mOwNN ), nous avions déjà condamné vivement cette injustifiable collaboration de Sherpa avec le pollueur nucléaire Areva.
 
 
L'Expansion - Benjamin Neumann -  05/01/2010
 
Quand Areva finance ses "juges"
L'ONG Sherpa a reçu 80 000 euros du groupe nucléaire
Sherpa, une ONG internationale qui chasse les impunités nées de la mondialisation et collectionne les procès à l'encontre des multinationales, a reçu 80 000 euros d'Areva.

Pour le milieu associatif, la pilule est dure à avaler. Sherpa, le réseau international de juristes qui chasse les impunités nées de la mondialisation et collectionne les procès à l'encontre des multinationales, a reçu 80 000 euros d'Areva, en deux virements (juin et novembre 2009).
 
Un lien d'argent qui jette le trouble sur le combat de cette ONG créée en 2001, à l'initiative de Me William Bourdon, ancien dirigeant de la Fédération internationale des droits de l'homme.

Leurs relations avaient pourtant mal commencé. Depuis 2002, Sherpa et la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), une ONG basée à Valence, multiplient les enquêtes au Niger et au Gabon pour dénoncer la situation sanitaire et environnementale autour des mines d'uranium du leader du nucléaire français.
 
En 2007, Sherpa menace de poursuivre le groupe pour "mise en danger d'autrui, homicides involontaires et faute inexcusable". Areva engage alors des négociations avec Sherpa, rejoint par Médecins du monde, mais lâché par la Criirad, sceptique sur la démarche. En juin dernier, ils signent un accord sur la mise en place d'une procédure d'indemnisation et d'un suivi sanitaire local des salariés. C'est dans ce cadre que Sherpa demande à Areva de... participer aux coûts des études de terrain (280 000 euros).

Sans recettes et financièrement sur la corde raide, Sherpa, qui s'est séparé de six de ses sept salariés, a pris le risque de brouiller le message. Joseph Breham, avocat et membre du conseil d'administration de l'ONG, assume : "C'était ça ou couler."





Publié dans Actualité Nucléaire

Commenter cet article

joseph 05/01/2010 18:35


Quelle nouvelle. Cette information est connue depuis la conférence de presse tenue entre Areva et SHERPA. Pour preuve :
http://www.asso-sherpa.org/docs/PUBLICATIONS/POLE_IE/AREVA/DP_ACCORDS_AREVA.VDEF.pdf?PHPSESSID=3bd4e43a141d44acfde1b72cfb2ea01c

Joseph


Bambou254 05/01/2010 19:04


Je sais, Joseph, mais je viens de recevoir ce mail du réseau "Sortir du nucléaire, c'est qu'ils estiment que cette nouvelle doit être à nouveau partagée.

 D'un autre côté, des gens rejoignent chaque jour le net en quête d'informations nouvelles , gens qui ne connaissent pas nécessairement le fil de cette actualité, il est donc bon de faire des
rappels ou d'informer à nouveau.

Amicalement, Marie