Fièvre Q : 40 000 chèvres abattues par mesure « préventive » aux Pays-Bas !

Publié le par Bambou254


Actualité trouvée ur le site de la Fondation Brigitte Bardot
Source : http://www.fondationbrigittebardot.fr/site/actu.php?id=40222&IdCat=


24 dec. 2009

Alors qu'elle n'entraîne, chez l'homme, qu'une simple grippe pouvant être traitée par antibiotiques, les mesures « préventives » prises par les Pays-Bas pour lutter contre la fièvre Q ne font pas dans la demi-mesure puisque ce ne sont pas moins de 40 000 bêtes qui seront abattues durant les prochains jours !

Il s'agit de chèvres et brebis pleines car la bactérie se propage souvent lorsque les animaux mettent bas, mais aussi de boucs qui peuvent transmettre l'infection par leur sperme, comme l'a précisé le ministère néerlandais de l'Agriculture à l'annonce de ce qui est perçu, par les associations de défense des animaux, comme un véritable et injustifiable massacre.

Brigitte Bardot est donc intervenue, au nom de sa Fondation, auprès de Gerda Verburg, ministre de l'Agriculture des Pays-Bas, pour protester face à cette mesure arbitraire et disproportionné : "Noël est décidément devenue la période de toutes les souffrances animales, après le foie gras provenant de canards torturés par un gavage contre-nature, savoir que des dizaines de milliers d'ovins, prêts à mettre bas, seront tués inutilement par simple mesure "préventive" m'écœure et me plonge dans le désespoir."

Publié dans Actualité Animaux

Commenter cet article

lali 26/12/2009 18:55


Je ne conais pas du tout cette grippe
C'est un nouveau virus transmit par les chevres?
Si elle est telle que tu la décrit cet abattage est plus que disproportionné
Et qu'en est il ailleurs qu'aux Pays Bas?


Bambou254 26/12/2009 21:06


Non, ce n'est pas nouveau, et ce n'est même pas un virus ! (j'avais pourtant vu un article qui créait la confusion, c'est comme ça que nait la désinformation..) Je trouve très peu d'infos sur ce
sujet malheureusement. Mais voici un exemple parmi un million d'autres qui prouve la façon cruelle dont l'humain traite l'animal, comme un vulgaire objet sans sensations. Nous avons oublié que nous
sommes tous issus du même principe de vie. Quelle tristesse.