Haïti - Monsanto : Les paysans en colère se soulèvent à Hinche

Publié le par Bambou254

 

 


05/06/2010 11:44:19

Vendredi à Hinche entre 8,000 et 20,000 paysans (1) d’après l’estimation du Mouvman Peyizan Papay (MPP), on manifesté contre le don de 475 tonnes de semences de la multinationale Monsanto dans le cadre du Project Winner, une initiative de l'agence publique américaine d'aide au développement, l'USAID.

Monsanto si dit victime d’une campagne de diffamation fondée sur des informations inexactes et de fausses accusations laissant croire aux agriculteurs que les 475 tonnes données à Haïti sont des semences OGM ce qui est inexacte.

Kathleen Manning porte-parole de Monsanto aux Etats-Unis a indiqué que les semences données aux Haïtiens, avaient été spécialement sélectionnées pour les conditions de culture haïtienne et les pratiques agricoles et n'étaient pas génétiquement modifiées (OGM), Il s'agit de « semences hybrides conventionnelles, déjà utilisées en République dominicaine ». Les semences hybrides sont produites à partir d'un croisement entre deux variétés différentes de plantes visant à produire des rendements plus élevés et des plantes plus résistantes. Ajoutant que ces semences avaient été approuvés par le ministère haïtien de l'Agriculture.

Pour sa part, le ministère de l'agriculture, précise que le but de cette initiative est d'accroître la productivité agricole du pays et qu’il ne s’agit nullement de semences OGM. La ministère précise avoir rejeté l'offre de Monsanto de semences génétiquement modifiées (OGM) parce qu’Haïti n'a pas de loi réglementant leur utilisation.

Mais pour M. Chavannes, coordinateur du MPP, les dons de Monsanto constituent « une attaque contre l'agriculture paysanne, contre les fermiers, contre la biodiversité, contre les semences locales, contre ce qui reste de notre environnement en Haïti [...] Nous devons nous battre pour nos semences locales ».

De nombreux paysans craignent que les semences reçues ne soient une menace pour les variétés locales. D'autres manifestants tournaient leur colère contre le gouvernement, l’accusant de vendre le pays aux multinationales et réclamant en vrac, le départ du gouvernement, de Monsanto et la destruction des «mauvaises semences»

[NdHL] Ce qu’omet de dire Mosanto, c’est que les semences hybrides en dehors de leurs avantages indéniables et de leurs innocuité pour la santé, sont stériles et ne peuvent donc pas être multipliés par les agriculteurs d’une saison à l’autre. Il faut donc chaque année racheter (a Monsanto) de nouvelles semences, ce qui créé inévitablement une dépendance économique comme c’est le cas de nombreux pays africains et sud américain.

Dans les pays occidentaux cette dépendance n’est pas plus importante que l’achat d’autres intrants chaque année, par contre, dans les pays en voie de développement, cette dépendance empêche dans la très grande majorité des cas l’accès à la souveraineté alimentaire.

(1) Chiffres non confirmés par la police.

S/ HaïtiLibre

 

 

 

 

 

 

Publié dans Actualité OGM

Commenter cet article