Il meurt lentement ...

Publié le par Bambou254



Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n'écoute pas de la musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux...

http://www.mnemospection.com/blog/images/original2507080055b.jpg


Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

http://farm4.static.flickr.com/3658/3447144234_9596792362.jpg


Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l'habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repères,
ou qui ne parle jamais à un inconnu.

http://src.pu-pm.univ-fcomte.fr/blog/wp-content/uploads/2009/05/theme-ff1j-2009-je-tourne-en-rond.jpg


Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions,
celles qui  redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés.

http://img210.imageshack.us/img210/8294/43660085.gif


Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu'il est malheureux au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n'a fui les conseils sensés.

http://img143.imageshack.us/img143/3831/marerx2.jpg


Vis maintenant !
Risque-toi aujourd'hui !
Agis tout de suite !
Ne te laisse pas mourir lentement !
Ne te prive pas d'être heureux !

http://www.linternaute.com/jardin/magazine/photo/les-plus-belles-roses-de-la-galerie/image/rose-rouge-258199.jpg



Pablo Neruda





Publié dans Divers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sindhu 30/03/2010 17:56



"Il faut savoir perdre ce que l'on A, pour rencontrer ce que l'on ESt" c'est une formule, mais c'est l'évidence meme. Tu peux perdre tout ce que tu as, mais tu ne peux jamais perdre ce que tru
es, par contre tu peux trahir ce que tu es. Gros bisous sindhu



Bambou254 31/03/2010 02:48



Gros bisou Sindhu .



sindhu 29/03/2010 11:41


Ce poeme de Neruda esr trés clair, sauf qu'il ne semble pas connaitre que "mourir" est un processus naturel qui débouche toujours sur la beauté, mais c'est invérifiable et pourtant je le sais. Il y
a encore tellement de préjugés sur ce que l'on ne connait pas et que l'on se permet d'argumenter d'une façon ou d'une autre en permanence. Le mystère de la vie et de la mort , il faut simplement le
vivre quoi qu'il en coute et là je sais vraiment de quoi je parle. Bisous ma belle , sindhu ( il est très probable que je vais repartir en inde d'ici peu de temps)


Bambou254 29/03/2010 18:43


Pour moi, la mort est un processus naturel: je suis triste quand je perds quelqu'un, bien sûr, parce qu'on se retrouve seul (on pleure pour soi, somme toute), mais pour celui qui s'en va, il
poursuit juste son chemin. Quand tu pars, tu vis comment, de quoi , je veux dire? Bisou Sindhu!



Michelle 29/03/2010 11:38


Marie, sais-tu que j'habite rue Pablo Néruda ?



Où as tu découvert ce poème magnifique, bien sûr ?


Bambou254 29/03/2010 18:59


C'est un hasard extraordinaire que tu habites la rue de ce poète! Décidément, les hasards se succèdent pour le moment ! Le destin n'arrête pas de me faire des clins d'oeil et me sème un millier
d'indices ... Je ne le connaissais pas du tout, quoiqu'il ait été prix Nobel de littérature , mais j'ai une collègue qui rentre de Haïti, à qui j'ai un peu expliqué mon vague à l'âme de cet an-ci.
Elle m'a donné ce poème qui lui semblait répondre à mon état d'âme, et qui tape juste dans le mille !

Je ne me vois pas faire 20 ans encore le même boulot abrutissant , ça n'a rien d'enrichissant.


sindhu 29/03/2010 11:29


Trés juste poeme que tu devrais méditer tous les jours pour toi. Je t'embrasse fort thierry (est ce que tu veux voyager!  sindhu


Bambou254 29/03/2010 18:43


Je l'ai trouvé tellement approprié à moi, ce poème !! Voyager, je m'y prépare, mais en principe , pas pour tout de suite. Pourquoi? Tu m'emmènes?