La Chine lutte contre la sécheresse en tirant des roquettes et des obus dans les nuages

Publié le par Bambou254




Et après on s'étonne que tout est détraqué? Mais les sécheresses , i l y en a toujours eu de tout temps!!! Seulement, voilà, l'homme et sa civilisation ne sait pas s'y adapter. Pour mener à bien ses cultures, il a besoin de conditions météo idéales . Alors , il remodèle le temps , modifie sciemment le climat... au risque de créer d'autres déséquilibre, ailleurs, et plus graves.

Un jour, les dieux-scientifiques, ces sauveurs de l'humanité, viendront nous annoncer qu'ils ont la solution : HAARP ! ou un truc comme ça ...

Tout nous échappe....


Source : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2317.php



La Chine va accélérer ses actions météorologiques dans des régions touchées par la sécheresse, a déclaré Zheng Guoguang, chef de l'Administration météorologique de Chine. Les effets de la sécheresse et des tempêtes de grêles représentent un réel enjeu pour le pays, menaçant à la fois le revenu des paysans et l'approvisionnement alimentaire. L'objectif est d'en atténuer l'impact en accroissant les rendements des cultures.

Les sécheresses chroniques de 2007, les plus sévères depuis dix ans, ont causé, selon les statistiques officielles, la perte de 37,4 millions de tonnes de grain, la production céréalière annuelle étant d'environ 500 millions de tonnes. Les experts prévoient que l'augmentation des précipitations météorologiques permettra d'accroître la production annuelle de 50 millions de tonnes. L'année dernière, le gouvernement a financé à hauteur de 60 millions de yuans, soit 6,5 millions d'euros, les projets visant à augmenter les précipitations sur les zones de production de blé.

En 2009, 840 vols au total ont été réalisés pour accroître la pluie sur des zones couvrant 3,6 millions de kilomètres carrés, soit environ un tiers du territoire chinois. Ainsi, environ 116 000 roquettes et 890 000 obus d'artillerie ont été tirés pour modifier les phénomènes atmosphériques. A l'échelle du pays, pour l'année 2009, ces actions météorologiques auront coûté 910 millions de yuans, soit 98 millions d'euros. Mais, selon le Bureau de la Modification Météorologique, ils auraient permis de générer une production équivalente à 30 fois ce montant.

Le Bureau de la Modification Météorologique a mené des travaux de recherche et de développement sur les technologies de modification des conditions météorologiques et sur les équipements nécessaires dans le cadre d'un projet financé par l'Etat durant le 11e plan quinquennal (2006-2010). La recherche dans ce domaine restera un projet clé dans les années à venir.

La modification de la météo est encore une discipline en développement qui détient un grand potentiel, selon Zheng. La Chine a commencé à modifier les conditions météorologiques sur une échelle locale, puis régionale en 1958. Il reste de nombreux problèmes à résoudre selon Zheng ; et le recours à ces technologies ne causerait pas de pollution du fait des faibles quantités utilisées. Le Bureau de la Modification Météorologique de Beijing, assure-t-il, aurait pendant des années surveillé la qualité de l'eau dans les zones de tir, et les traces d'ions d'argent dans l'eau avaient des teneurs bien en deçà des standards nationaux.

Ces technologies ont été utilisées pour garantir un ciel clair le jour de la célébration du 60ème anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine, le 1er octobre 2009. Zheng a mentionné que le bureau de la Modification Météorologique préparait actuellement l'ouverture de l'Exposition Universelle à Shanghai en mai prochain. L'évènement de Shanghai sera un défi car l'exposition durera 184 jours et le mois de mai est habituellement particulièrement affecté par la mousson.

Rédacteur

Zoé Lombard

Source

Demand rising for weather modification - China.org.cn

Origine

BE Chine numéro 87 (10/03/2010) - Ambassade de France en Chine / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/62554.htm

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que leur auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de notre-planete.info


Commenter cet article