Le dioxyde de titane (nanoparticule de plus en plus présente dans les crèmes solaires), cancérogène pour l'homme ?

Publié le par Bambou254

 

 

 

Source : http://www.inrs.fr/INRS-PUB/inrs01.nsf/5416c91d5c7e1f8cc1256f2e0049cfea/d9d0d866026a3c10c125729c00551b9f/$FILE/visu.html

 

 

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) vient de classer le dioxyde de titane cancérogène possible pour l'homme (catégorie 2 B). Les experts du CIRC estiment qu'ils disposent d'indications suffisantes pour affirmer que le dioxyde de titane provoque le cancer du poumon chez l'animal.

Dioxyde de titane : identification du produit
Synonymes :  bioxyde de titane, rutile, anastase, brookite

Formule : TiO2

N° CAS : 13463-67-7

N° EINECS : 236-675-5

Granulométrie
  grades fins : entre 150 et 400 nm
grades ultra-fins : en deçà de 100 nm, généralement de l’ordre de 10 à 50 nm

Classification en vigueur
  Pas de classification européenne
American Conference of Industrial Hygienists (ACGIH) : substance non classifiable comme cancérogène pour l'homme (groupe A4)
Hormis leur cancérogénicité possible pour l’homme, les poussières de dioxyde de titane peuvent causer l'irritation mécanique des yeux et des voies respiratoires.

Valeurs limites d’exposition professionnelle :
  En France : les poussières de dioxyde de titane sont réputées sans effet spécifique. Leur valeur limite de moyenne d’exposition (VME pondérée sur 8 heures de travail) contraignante est de 10 mg/m3 pour les poussières inhalées et de 5 mg/m3 pour les poussières alvéolaires.
Aux Etats-Unis : depuis novembre 2005, le National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH) propose une valeur limite d’exposition (concentration moyenne pondérée pour une durée de travail de 40 heures par semaine) de 1,5 mg/m3 pour le dioxyde de titane fin et de 0,1 mg/m3 pour le dioxyde de titane ultra-fin.


Le dioxyde de titane est utilisé massivement dans de nombreux secteurs industriels notamment chimique, pharmaceutique et cosmétique. Les précédentes évaluations du CIRC (en 1989) avaient estimé que le dioxyde de titane ne pouvait être classé du point de vue de sa cancérogénicité pour l'homme (catégorie 3).
Les 26 chercheurs réunis par le CIRC ont évalué les nouvelles données scientifiques disponibles sur sa cancérogénicité. Les études montrent que des concentrations élevées de dioxyde de titane (grades fin et ultra-fin) sont susceptibles de causer des cancers du poumon chez l’animal. La série d’évènements biologiques qui mènent au cancer du poumon chez l’animal (c’est-à-dire le dépôt de particules, la détérioration de la clairance pulmonaire, l’atteinte cellulaire, la fibrose, les mutations et finalement les tumeurs cancéreuses) a également été observée chez des salariés travaillant en milieux poussiéreux. Le CIRC juge donc que les observations concernant le cancer chez l’animal peuvent s’appliquer également aux personnes exposées aux poussières de dioxyde de titane au travail. Ce travail a permis de le classer cancérogène possible pour l’homme (catégorie 2 B).
Il importe toutefois de noter que les études effectuées chez l’humain à ce jour n’évoquent pas de lien entre l’exposition professionnelle au dioxyde de titane et l’augmentation du risque de cancer.



Travailleurs exposés au dioxyde de titane

Le dioxyde de titane a été commercialisé pour la première fois en 1923. Sa production mondiale, relativement constante depuis l’an 2000, était d’environ 4,4 millions de tonnes en 2004. Il est utilisé principalement comme pigment ou comme charge, en raison de son pouvoir blanchissant et opacifiant dans les peintures, les plastiques, les céramiques, les papiers, les encres, les bitumes, etc. Le dioxyde de titane représente ainsi 70 % de la production mondiale de pigments minéraux synthétiques, devant les oxydes de fer et le noir de carbone. Il est également présent dans des aliments, des médicaments, des cosmétiques, les baguettes de soudage ainsi que comme catalyseur, notamment pour la purification de l’eau. La plupart des dioxydes de titane commerciaux ont subi un traitement de surface qui consiste à recouvrir chaque grain d'oxyde d'une ou plusieurs couches de composés organiques (polyols, esters, silanes, etc.) ou inorganiques (alumine, zircone, silice, etc.).

Si les mesures de captage sont inadéquates, les travailleurs de la production peuvent être exposés à de fortes concentrations de poussières de dioxyde de titane, notamment lors des étapes de broyage, de transfert et de conditionnement des produits, ainsi que lors du nettoyage et de l’entretien des locaux et des équipements. Les niveaux d'exposition sont probablement plus bas dans les industries utilisatrices, à l'exception des postes où les salariés manipulent de grandes quantités de dioxyde de titane.


Pour en savoir plus en quelques clics...
« Titanium Dioxide (group 2B)  ». Résumé issu de la monographie vol. 93. Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). 2006. (format pdf en anglais)
http://monographs.iarc.fr/ENG/Meetings/93-titaniumdioxide.pdf



Bbliographie
« Carbon black, titanium dioxide and non-asbestiform talc ». Monograph on the evaluation of carcinogenic risks to humans. Volume 93. Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), en préparation

« Evaluation of health hazard and recommendations for occupational exposure to titanium dioxide », Current intelligence bulletin, draft. National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH / Etats-Unis), novembre 2005, 158 p.

 

 

 

 

 

DANS CE CAS , POURQUOI NE PAS APPLIQUER LE PRINCIPE DE PRECAUTION????


Cancérogène POSSIBLE, dans ce cas, pourquoi ne pas appliquer le principe de précaution? On verra ce que ça donne sur les population d'ici 15 ans??? QUAND IL SERA TROP TARD?
Ne sommes-nous que des cobayes pour la science, des moutons payants pour les multinationales ?

 

 

 

 

 

 

Publié dans Actualité Santé

Commenter cet article

Michelle Crépin 04/07/2010 21:46



Que tu es savante!!!Je suis toujours épatée par ta science.Et tes critiques intelligentes et constructives .Elles me font du bien .


On peut utiliser l'huile d'Argan bio sur les lèvres ? Les miennes sont hyper-sèches.Et comme cette huile est comestible...






Bambou254 05/07/2010 09:03



Tu me sur-estimes !! Je n'y connais pas grand-chose !! Je ne fais que relever une aberration de plus dans le système humain....


Pour les lèvres, je connais le dermophile indien (ne me demande pas ce que c'est, je ne sais pas !!) Ou un stick à base de beurre de karité... Pour ma part, je n'utilise jamais aucun produit de
ce genre. L'huile d'argan, je ne connais pas du tout !!


Bisous!! (Et bébé, tu as encore de ses nouvelles???)