Les casseroles polluées aux PCB d’ERDF !

Publié le par Bambou254


 

communiqué de presse

mercredi 25 novembre 2009

Les casseroles polluées aux PCB d’ERDF !




Le comité de pilotage du plan national d’élimination d’appareils contenant des PCB* s’est réuni hier matin. La plupart des détenteurs de gros volumes d’appareils contenant du PCB** ont présenté un état des lieux de l’élimination de leurs appareils pollués. ERDF est manifestement très en retard. Explications.


En fin d’année prochaine, tous les appareils contenant du PCB devront être éliminés. ERDF est très mal parti pour respecter cette échéance : d’après leur déclaration auprès de l’ADEME, il leur resterait encore 24 000 appareils à traiter, soit autant que ceux qu’ils ont traités au cours des 5 dernières années. « Depuis 2004, EDF, et maintenant ERDF, se moquent de nous indique, Nathalie Villermet, chargée de mission Déchets et industrie de FNE. ERDF entretient un grand flou sur le nombre exact d’appareils réellement éliminés. Ceci est inacceptable lorsque l’on sait qu’ERDF est responsable de la moitié des appareils contaminés en France ».


Alain Chabrolle, administrateur de FNE et porte-parole de la FRAPNA, ajoute : « ERDF doit prendre ses responsabilités, et engager les moyens nécessaires pour respecter le plan PCB ». De plus, les appareils doivent être entreposés et traités dans de bonnes conditions. « Nous demandons donc une parfaite transparence au sein de la commission PCB pour pouvoir suivre l’ensemble des sites d’entreposage, et la mise en œuvre effective de l’élimination de ces appareils particulièrement dangereux pour l’environnement ».

*PCB : composé extrêmement toxique, appelé également pyralène, dont la présence a entraîné l’arrêt de la pêche dans d’innombrables fleuves et rivières de France incluant le Rhône


** ERDF, ARCELOR France, EDF, AREVA, CEA, France TELECOM, Ministère de la défense, PSA, RATP, RENAULT, RFF et SNCF

Télécharger ce communiqué en format PDF.

 





PCB : définition Wikipédia :

Les polychlorobiphényles (PCB) aussi appelés, notamment au Québec, biphényles polychlorés (BPC), constituent une famille de 209 composés aromatiques organochlorés dérivés du biphényle industriellement synthétisé, proche des polychloroterphényles, polychlorodibenzo-furanes et des dioxines.
Ce sont (selon leur teneur en chlore) des liquides plus ou moins visqueux voire résineux, insolubles dans l'eau, incolores ou jaunâtres, à forte odeur aromatique. Thermodynamiquement très stables, ils ne se décomposent qu'à des températures dépassant 1 000 °C. Grâce à leur inertie chimique, ils sont peu sensibles aux acides, bases et oxydants. Ils peuvent dissoudre ou ramollir certains caoutchoucs et matières plastiques.

Ils sont parfois dénommés à tort « Pyralènes » dans les régions et pays francophones (du nom commercial d'un produit à base de PCB autrefois très utilisé en Europe, dans les transformateurs).

Ces polluants ubiquitaires et persistants (demi-vie de 94 jours à 2700 ans selon les molécules) ont une toxicité réputée variée selon leur poids moléculaire (cf nombre d'atomes de chlore) et la configuration spatiale de leurs molécules. Ils font partie des contaminants bioaccumulables et trouvés dans certains tissus gras chez l'humain, y compris dans le lait humain. On utilise généralement l'analyse de sang pour détecter une contamination, car il y a une bonne corrélation entre les taux plasmatiques et les concentrations en PCB des tissus gras humains.




Publié dans Actualité Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article