Nanotechnologie : des nano-explosifs pour lutter contre le cancer

Publié le par Bambou254


http://1.bp.blogspot.com/_fLp_r2HnoyI/Ss81wxlwGdI/AAAAAAAAAf4/_6u_f2i0Iss/s400/nano+-cancer.jpg

Edition du 12/02/2010 - par Antony Milanesi

Des médecins américains ont réussi à détruire des cellules cancéreuses et à déboucher des artères grâce à une nouvelle technologie alliant laser et nanoparticules.

Les chercheurs de l'Université de Houston au Texas ont découvert une façon percutante pour tuer les cellules humaines malades: ils utilisent des nanoexplosifs. Le traitement a été testé en laboratoire sur des cellules cancéreuses d'une pathologie leucémique. Dans un premier temps, les chercheurs insèrent des nanoparticules d'or dans les cellules infectées. Ensuite, ils les bombardent au laser pour les détruire. Les nanoparticules commencent alors à gonfler et forment ce que les scientifiques appellent « des nanobulles » qui font exploser la cellule.

La nanomédecine ouvre ainsi de nouvelles perspectives

« Le plus grand avantage de la nano-médecine, c'est qu'elle nous permet de viser directement une cellule bien précise parmi des centaines d'autres » explique le chercheur en chef du projet, Dimitri Lapotko. « L'idée est de cibler et de traiter les cellules malades avant qu'elles ne se répandent dans l'organisme et rendent la maladie du patient incurable ». La nanomédecine ouvre ainsi de nouvelles perspectives en termes de chirurgie cardiaque puisque les chercheurs sont désormais capables de détruire les caillots bouchant les artères, ainsi que les plaques d'athérome ou le cholestérol qui est la principale cause de crises cardiaques au monde.

Des réponses technologiques en constante évolution


Une équipe de chercheurs britannique a annoncé en janvier dernier qu'elle lançait un programme d'expérimentation pour implanter, directement sur des patients, des artères artificielles élaborées à partir de polymères, grâce à la nanotechnologie. De même à la fin de l'année 2009, les équipes de recherches en nanotechnologie des universités de Standford et de Toronto avaient réussi à développer des détecteurs sensitifs miniaturisés pouvant détecter des cancers naissant chez un patient, bien avant qu'il soit trop tard.

 

 

 

Commenter cet article