Nucléaire : bientôt des réacteurs capables d’éliminer les déchets radioactifs ? Areva en rêva ... Bill Gates dans le coup avec Toshiba.

Publié le par Bambou254




Date: Wed, 24 Mar 2010 18:00:29 +0100
From: actu2@sortirdunucleaire.fr
To: rezo-actu@sortirdunucleaire.org
Subject: [rezo-actu] Nucléaire : bientôt des réacteurs capables d’éliminer les déchets radioactifs ?

http://www.developpementdurable.com/technologie/2010/03/A4443/nucleaire-bientot-des-reacteurs-capables-deliminer-les-dechets-radioactifs.html
Publié le :
23/03/2010

Areva, numéro un mondial de la construction de centrales atomiques, va-t-il parvenir à mettre au point des réacteurs qui permettraient d’éliminer les déchets radioactifs, le fléau de l’industrie nucléaire ? C’est en tout cas ce qu’affirme Anne Lauvergeon, la présidente du directoire du groupe.



 
« A l'avenir, nous serons en mesure de détruire les actinides en les faisant disparaître dans un réacteur spécial. Nous pouvons déjà le faire en laboratoire » (Anne Lauvergeon, présidente du directoire d'Areva) Crédit photo : © Michael Mihin - Fotolia.com

Acquérir une technologie capable de détruire les déchets radioactifs : le rêve de l’industrie électronucléaire ! Un savoir-faire qui permettrait de régler au moins une partie des réticences liées à l’atome (avec le risque d’accident). Car après avoir été abandonnés dans des fosses marines, il est aujourd’hui prévu d’enfouir définitivement ces déchets (parfois radioactifs durant des millions d’années) dans des couches géologiques profondes censées être stables et étanches... ce qui ne manque pas d’inquiéter les écologistes.

« En termes d'acceptation du public, la question des déchets demeure », avoue ainsi Anne Lauvergeon dans les colonnes du quotidien britannique Times (lundi 22 mars). Mais « à l'avenir, nous serons en mesure de détruire les actinides en les faisant disparaître dans un réacteur spécial. Nous pouvons déjà le faire en laboratoire. Avec l'aide de la recherche et développement, nous allons nous attaquer à ce problème », promet-elle. Les actinides (isotopes d’uranium hautement toxiques) représentent, avec les produits de fission, la majeure partie des déchets radioactifs de haute activité à vie longue (HA-VL).



Le problème des déchets radioactifs restera d’actualité


Toutefois, il semblerait que cette nouvelle technologie, même correctement mise au point et développée industriellement, ne réglera pas la question des déchets nucléaires : d’abord, elle ne prendrait pas en charge la totalité des rebus de l’industrie de l’atome (il existe aussi les déchets de faible et moyenne activité à vie courte, les déchets de très faible activité et les déchets de faible activité à vie longue). Selon Mme Lauvergeon, elle n’en prendrait même en charge qu’une infime partie, puisque la présidente du directoire estime que le volume de déchets hautement radioactifs produit par l’ensemble des 58 réacteurs français depuis 40 ans remplirait à peine une piscine de taille olympique. Or selon l’industrie nucléaire, 1 kg de déchets par Français est produit chaque année (le réseau Sortir du Nucléaire avance plutôt le chiffre de 50 à 100 kg).

Ensuite, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a rapidement indiqué que ces nouveaux réacteurs ne pourraient en aucun cas traiter les déchets déjà engendrés. Enfin, ce projet rappelle grandement celui de l’Université du Texas : un projet qui aurait recours à la fusion pour éliminer les déchets... ou du moins une partie... comme pour Areva.

Yann Cohignac







Date: Fri, 26 Mar 2010 15:04:54 +0100
From: actu2@sortirdunucleaire.fr
To: rezo-actu@sortirdunucleaire.org
Subject: [rezo-actu] Le visionnaire fondateur de Microsoft pense que le nucléaire est l'une des énergies majeures du futur.

http://www.bioaddict.fr/article/bill-gates-croit-au-miracle-nucleaire-a743p1.html


Le visionnaire fondateur de Microsoft pense que le nucléaire est l'une des énergies majeures du futur.

 



Bill Gates croit au miracle nucléaire

Après avoir révolutionné le monde grâce au miracle de l'informatique, Bill Gates se verrait bien faire un deuxième miracle en fournissant au monde une énergie quasi inépuisable, renouvelable, durable, et sans effets sur le réchauffement climatique puisqu'elle n'émet pas de gaz à effet de serre : l'énergie nucléaire.
Mais pas n'importe laquelle. Une énergie produite dans de petites centrales par des réacteurs qui utiliseraient de l'uranium appauvri, celui que l'on rejette actuellement comme déchet, qu'on ne peut ni détruire, ni réutiliser, et dont on ne sait quoi faire pour s'en débarrasser.

Ces centrales auraient une autonomie de 50 à 100 ans, période pendant laquelle elles n'auraient pas besoin d'être rechargées en combustible.

L'idée n'est pas nouvelle. Il y a déjà 60 ans qu'elle avait été envisagée et non retenue. Trop cher pour les experts, trop compliqué et trop risqué : comment se comporteront les matériaux en contact avec l'uranium pendant une centaine d'années ? En 2000 elle a été réexaminée de nouveau par des experts internationaux, sans succès.
Mais Bill Gates, qui est très riche, et évidemment conseillé par les meilleurs ingénieurs du monde, y croit. Et il n'est pas le seul. Toshiba, l'un des leaders mondiaux dans la construction de réacteurs nucléaires y croit aussi, de même que notre constructeur de centrales français, AREVA, qui aurait été en contact direct avec Bill Gates sur ce projet.
Mais il faudra encore attendre 10 ou 20 ans avant que ce type de centrales entrent en fonctionnement.
H de M



Publié dans Actualité Nucléaire

Commenter cet article