[rezo-actu] Des substances radioactives dans les biens de consommation ?‏

Publié le par Bambou254






L'Assace - 12 janvier 2010- Elisabeth Schulthess

Des substances radioactives dans les biens de consommation ?

 
Le CSFR (Comité pour la sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin) s’associe à la campagne contre l’ajout de substances radioactives dans les biens de consommation et les matériaux de construction lancée par la Criirad (Com-mission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité).

De la radioactivité dans des chaises en plastique, des vestes polaires, des robinets ou des wagons de chemin de fer ? C’est ce que craint la Criirad après la publication, le 5 mai 2009, d’un arrêté qui permet de « contourner l’interdiction d’ajouter de la radioactivité à notre environnement quotidien ».

Jusqu’alors, le code de la santé publique interdisait « l’addition de radionucléides artificiels et naturels dans les aliments, les biens de consommation et les produits de construction ». Il interdisait aussi « d’utiliser des matériaux et des déchets provenant d’une activité nucléaire pour la fabrication de biens de consommation et de produits de construction ».

Dans les casseroles

Depuis l’arrêté du 5 mai 2009, les industriels peuvent demander des dérogations à ces interdictions en dépit d’un avis défavorable de L’ASN. Pour l’Autorité de sûreté nucléaire, la gestion des déchets radioactifs ne doit pas recourir à la dilution dans les produits de consommation comme mécanisme d’élimination.

Estimant que cet arrêté a été pris en violation de plusieurs prescriptions légales et réglementaires, la Criirad a déposé un recours auprès du Conseil d’État visant à son annulation pour excès de pouvoir. Elle a interpellé par courrier les ministres de la Santé, de la Consommation et de la Construction, et propose aux citoyens et consommateurs d’écrire à ces ministres.

« Le recyclage des matériaux radioactifs doit rester confiné dans les filières nucléaires, estime la Criirad. Les matériaux contaminés susceptibles d’être ‘’libérés’’ dans le domaine public représentent des quantités considérables. Le démantèlement des installations nucléaires va générer des centaines de millions de tonnes de métal, de béton et de gravats qui sont susceptibles d’être ‘’recyclées’’ ».

Ce type de recyclage devient vite incontrôlable : « Il ne sera plus possible d’empêcher que de l’acier contaminé utilisé dans l’industrie automobile ne serve pas, lorsque les voitures seront mises au rebut, à la fabrication de batteries de cuisine. »

 

SE RENSEIGNER

CRIIRAD : www.criirad.org

CSFR : 16 chemin de la Croisette 67130 Fréconrupt Tél-fax 03.88.97.07.07.

 

 

 

Publié dans Actualité Nucléaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article