[rezo-actu] Effets de la THT (lignes Très Haute Tension) sur la santé, il faut savoir !‏

Publié le par Bambou254

 

De : Reseau Sortir du Nucléaire (actu2@sortirdunucleaire.fr)
Envoyé : vendredi 9 avril 2010 10:20:09
À : rezo-actu@sortirdunucleaire.org

 

http://blogs.discovery.com/photos/uncategorized/2008/08/29/power_lines.jpg

 

Source : La Manche Libre

http://www.lamanchelibre.fr/Effets-de-la-THT-sur-la-sante--il-faut-savoir-,1.media?a=9278

Effets de la THT sur la santé, il faut savoir !

Demandée par le conseil général de la Manche et les maires “anti-THT”, l’étude épidémiologique sera-t-elle enfin lancée ?
Les effets sur la santé humaine et animale des champs électromagnétiques et des courants vagabonds que génèrent les lignes aériennes à très haute tension (THT) est un douloureux caillou dans la chaussure de RTE (Réseau de transport d'électricité). Cette filiale d'EDF est le maître d'ouvrage du projet Cotentin-Maine destiné à transporter jusqu'en Bretagne au moyen d'une ligne THT l'électricité que produira le réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville. Elle a bien du mal à convaincre que les riverains d'une telle ligne n'ont pas grand-chose à redouter au plan sanitaire de ce voisinage.
Dès lors, RTE ne pouvait qu’accueillir avec un réel soulagement les suites données par la Justice à l’affaire Michel Marcouyoux. Le 28 octobre 2008, le Tribunal de grande instance de Tulle, en Corrèze, condamnait RTE à indemniser cet agriculteur qui attribuait les graves problèmes de santé de ses animaux à une ligne THT passant juste au-dessus de son exploitation. Pour le tribunal, il y avait clairement un lien de cause à effet.

Avertissement
Machine arrière toute le 1er mars dernier, la Cour d’appel de Limoges, devant laquelle s’était porté RTE, a annulé l’indemnisation demandée, considérant que l’existence de ce lien n’était pas suffisamment établie à cause “d’incertitudes notables”. Un coup très dur pour l’agriculteur qui pourrait être obligé d’arrêter son activité faute d’être indemnisé pour les préjudices - bien réels ceux-là - qu’il a subis.
Aux yeux de RTE, cette affaire devrait servir d’avertissement aux autres agriculteurs qui, dans le cas de la ligne THT Cotentin-Maine, seraient tentés de mettre en cause RTE pour les mêmes raisons que Michel Marcouyoux. Le signal est clair. L’agriculteur dont l’exploitation sera traversée par cette ligne a tout intérêt à accepter les conditions, financières notamment, de RTE, tout en s’engageant à la plus grande discrétion !

Lever les incertitudes
Pour autant, la filiale d’EDF, qui s’arc-boute, pour des raisons uniquement financières et de délais, sur la solution aérienne pour la ligne Cotentin-Maine, ne peut être dégagée de ses responsabilités en matière sanitaire.
Dans son rapport, la commission d’enquête publique sur le projet Cotentin-Maine a nettement émis des réserves à propos des effets de la THT sur la santé. Un avis exprimé en attendant les résultats d’une enquête de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), intitulée Geocap, sur les cancers de l’enfant. Sur ce même registre, RTE estimait que cette enquête “contribuera à enrichir la connaissance des éventuelles corrélations statistiques qui pourraient exister entre proximité de résidence, ouvrages électriques et certaines pathologies.” Or, dans un courrier adressé le 17 février 2010 aux conseillers généraux de la Manche, le Dr Jacqueline Clavel, responsable scientifique de Geocap, soulignait que cette enquête “ne répondra pas aux questionnements spécifiques éventuels sur l’exposition liée à la ligne Cotentin-Maine.” D’où la lettre envoyée le 2 mars dernier au préfet de la Manche, Jean-Pierre Laflaquière, par Claude Halbecq, premier vice-président du conseil général. Pour l’élu manchois, “il apparaît incontestable que la réponse produite par RTE n’est pas de nature à répondre aux attentes du conseil général de la Manche.” L’assemblée départementale attend donc toujours, comme les maires “anti THT”, que soit lancée une étude épidémiologique indépendante sur les impacts de la THT sur la santé, comme elle l’avait exigé dans une délibération votée le 16 avril 2009. Une étude qui permettrait de surcroît de lever les “incertitudes notables” évoquées par la Cour d’appel de Limoges.
Fabrice Constensoux

Publié dans Actualité Santé

Commenter cet article