OGM : enfin, on commence à reconnaître ses dangers

Publié le par Bambou254



Source FNE : http://www.fne.asso.fr/fr/ogm-avis-du-haut-conseil-des-biotechnologies--le-chvteau-de-cartes-seffondre.html?cmp_id=33&news_id=1473&vID=5

http://www.fne.asso.fr/_includes/framer.php?base=/images/neo_banners/929803_50942675.jpg&mask=neo_banner.png

Le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) vient de rendre l’avis de son Comité Scientifique (CS) et la recommandation de son Comité Economique Ethique et social (CEES) sur le maïs MON810 de la société MONSANTO. Analyse de FNE.



C’est ce maïs, qui produit en lui-même un insecticide, qui a fait l’objet d’une clause de sauvegarde par le gouvernement français, interdisant sa culture sur le territoire national.

De profondes faiblesses scientifiques
D’emblée, l’avis met en exergue les profondes faiblesses scientifiques du dossier, dont, notamment, celles concernant les tests statistiques… c'est-à-dire la base de l’évaluation toxicologique et de l’équivalence en composition et capacité nutritionnelle par rapport à un maïs conventionnel.
Le HCB rappelle que, suite à la question écrite posée à ce sujet par l’ex-députée européenne Monica Frassoni à la Commission Européenne, à savoir : « La Commission peut elle certifier que le maïs transgénique MON810 n’est pas toxique, au risque statistique près… » - ce qui est tout de même le minimum requis pour délivrer une autorisation - « l’AESA ne fournit pas de réponse sur ces points ». Ce sont les termes, très clairs, de l’avis du HCB.

Dès lors, une question se pose, que le CEES formule explicitement : « l’AESA disposant des données brutes du pétitionnaire et ayant eu le temps nécessaire pour les traiter, le CEES s’interroge sur les raisons pour lesquelles elle n’a pas répondu à la question de savoir si les tests pouvaient ou non, scientifiquement, servir de base à son avis, favorable, concernant le renouvellement du MON810 ».

Pour le non renouvellement du MON810
Pour Frédéric Jacquemart, copilote de la mission biotechnologie de FNE : « Dans ces conditions, il serait difficile de comprendre et d’admettre que le MON810 soit à nouveau autorisé, alors même qu’on ne peut pas, scientifiquement, se prononcer sur sa possible toxicité. Une autre question, majeure, devra être posée : comment l’AESA, en charge de l’évaluation du dossier OGM au niveau européen, a pu conclure de manière manifestement infondée que le MON810 était aussi sain et nutritif qu’un maïs conventionnel. Dans ce contexte d’incertitude scientifique et de manque de données, une attitude raisonnable s'impose ».

Pour Arnaud Gossement, porte-parole de FNE : « L’avis du HCB est clair : les études relatives aux risques du MON 810 sont insuffisantes. Le château de cartes construit par les amis des OGM s’effondre : aucune conclusion sérieuse en faveur des OGM ne peut être tirée tant que l’état des connaissances scientifiques n’aura pas progressé ».
Lylian Le Goff, copilote de la mission biotechnologie de FNE, ajoute : « Nous demandons au Gouvernement de prendre une position claire contre le renouvellement de cet OGM. Au-delà, il nous semble que les leçons du dossier MON 810 devraient être tirées pour tous les OGM : il est inacceptable que pour des intérêts mercantiles, une technologie ait été développée sans le recul nécessaire ».




Publié dans Actualité OGM

Commenter cet article